Le grand débarras des voisins, détails

Lors de la deuxième journée de performance, j’ai continué à concevoir des images. De son côté, l’assistante du projet, Annie Meunier, s’est chargée de l’atelier de création ouvert au public. Quelques enfants sont venus dessiner des images inspirées des objets que j’avais collectionnés.
Lors de la création des images, les histoires des gens influençaient dans la facture esthétique de celles-ci. Une fois l’image terminée, je la présentais dans des cadres achetés lors de la vente.
À la façon de Joseph Kosuth, artiste en art conceptuel, j’ai associé l’objet initial, son histoire inscrite sur une étiquette et une représentation de cet objet. En regroupant ceux-ci, je créais des ensembles rappelant à l’importance de la relation que nous bâtissons avec chacun de nos objets personnels.

Après les heures de performance du dimanche, la finalité du projet a été de vouloir retourner ces objets à la rue. J’ai donc vendu les ensemble (objets, étiquettes et les représentations de l’objet) à leur prix initial à ma table de création que j’ai alors transformée en table d’exposition d’objets. Il a été très intéressant de voir la réaction des gens acheter des «objets d’arts» à un prix modique. En leur expliquant mon concept, les visiteurs ont participé à une réflexion concernant la différence entre les objets du quotidien et les objets d’art et leur montrer qu’il est possible de transformer le banal en extraordinaire !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s